livre règles 4

4 règles d’or pour survivre dans l’industrie du retail

800 438 POTLOC INSIGHTS

Dans un monde complexe, être intelligent, c’est ignorer ce qui n’est pas pertinent plutôt que d’accumuler le maximum d’information.

 

Pourtant, les retailers se basent sur des données toujours plus complexes pour agir. La quasi-totalité de leurs prévisions se révèle complètement erronée pendant que les prévisions actuelles, dont l’annonce du retail apocalypse, suivent le même chemin.

 

Voici quatre règles d’or à suivre pour prendre des décisions éclairées et survivre dans un monde qui se transforme et que plus personne ne semble comprendre.

 

1 – Comme Walmart, investissez stratégiquement

Pour maximiser sa chance tout en diminuant ses risques, Nassim Taleb, auteur et professeur en ingénierie du risque, recommande d’investir à 90 % dans des exercices très stables, peu exposés au risque, et à 10 % dans des domaines très risqués, plus exposés aux événements improbables et qui offrent des perspectives de succès infinies.

 

Prenons l’exemple de Walmart qui, depuis sa création en 1961, met tout en œuvre pour offrir des prix toujours plus bas à ses clients. Sa chaîne logistique, ses employés, la disposition en magasin, bref, toute l’entreprise est pensée pour maximiser la satisfaction des clients au plus bas coût possible. C’est une méthode stratégique éprouvée empiriquement et qui a séduit des générations de consommateurs.

 

Tous les efforts de l’entreprise… Pas exactement, plutôt 90 % !

 

Le reste de ses efforts, Walmart les place dans des projets connexes comme son Walmart Labs, de la recherche en innovation, des investissements sociauxCes différentes activités sont extensibles (scalables), c’est-à-dire que les bénéfices qu’elles rapportent à l’entreprise n’ont pas de plafond. Que ce soit par la découverte d’une technologie révolutionnaire ou l’augmentation sans limites de la réputation, les bénéfices potentiels de ces activités sont bien supérieurs aux montants investis.

 

Read more :  10 moyens inusités de régler les problèmes de stationnement dans les centres commerciaux

Bref, Walmart sait quelque chose de l’exposition aux changements rapides de l’industrie.

 

2 – Écoutez l’avis de votre chauffeur de taxi

Un historien, économiste ou influenceur n’est pas plus doué que votre chauffeur de taxi ou votre concierge pour faire des prévisions, affirme Nassim Taleb.

 

L’accumulation des données et leur complexification brouillent la capacité à prévoir les conséquences de nos actions. Ceux qui ont le plus de données sous les yeux deviennent les moins capables de faire des choix judicieux.

 

Paradoxalement, l’avis des analystes reconnus a beaucoup d’impact dans la vie courante. Une personne lambda a tendance à prendre des décisions plus risquées, et parfois désastreuses, si elles se trouvent supportées par l’avis d’un expert. Dans la célèbre expérience de Milgram, le degré d’obéissance d’un individu devant une autorité qu’il juge légitime dépasse sa propre éthique et son intérêt personnel.

 

Et pourtant, dans son livre, «  Jouer sa peau », l’auteur met aussi en garde contre les différents biais individuels qui faussent leurs pronostics. Les analystes ne sont pas incités à avoir raison, en fait, il leur suffit d’expliquer les causes de leur échec une fois l’événement passé.

 

Pour éviter les conflits d’intérêts, Ralph Nader, homme politique américain, proposait lors d’une tirade au congrès d’envoyer au front (avec leur famille) tous ceux votant en faveur de la guerre de quoi faire réfléchir à deux fois avant de prendre des décisions hâtives.

 

Les bons prédicateurs ont donc deux caractéristiques en commun : ils évitent l’accumulation de données très spécifiques et sont confrontés personnellement aux conséquences de leurs prédictions.

Read more :  Pourquoi les e-commerces ouvrent des magasins physiques?

 

3 – Apprendre à apprendre des échecs : le cas Toys’R’Us

Il faut repenser la manière d’apprendre des événements de l’histoire. Pour prendre un exemple actuel, qu’a-t-on appris de la faillite de Toys’R’Us  ? Que l’évolution des loisirs est un processus cyclique, en transformation perpétuelle ? Certainement pas ! L’industrie du retail retient davantage l’accumulation des dettes de l’enseigne, que ses magasins étaient trop excentrés et qu’elle était assaillie par une concurrence farouche.

 

Ces indicateurs ne sont pas pertinents pour passer à l’action : quelle enseigne diminuera sa dette en voyant qu’une autre fait faillite ? Quelle entreprise sera en mesure de convaincre ses concurrents de fermer boutique ?

 

Aussi, les enseignements des grands événements de l’histoire doivent être compris de manière générale avant d’en analyser le spécifique. L’histoire de la ligne Maginot montre les limites à l’apprentissage des faits, du spécifique.

 

Après la Première Guerre mondiale, les Français ont construit un mur impénétrable pour empêcher l’attaque d’Hitler. Ce dernier a simplement fait le tour avec son armée pour envahir le pays avec une simplicité déconcertante. Les décideurs de l’époque ont appris avec assiduité les leçons de l’histoire, mais avec trop de précision.

 

Analysez davantage les cycles longs et apprenez les grandes règles (dont celle que l’on n’apprend pas du spécifique) plutôt que les faits.

 

4 – Faire confiance aux vieilles recettes du retail

Si l’espérance de vie d’un humain décroît à mesure que le temps passe, selon le paradoxe nommé «  Lindy Effect », l’espérance de vie d’une idée ou d’une technologie croît à mesure qu’elle vieillit. De nombreuses années de confrontation au changement le rendent plus robuste, plus malléable, plus «  Anti-fragile ».

 

Read more :  Les hypermarchés français doivent se réinventer ou périr

Le retail existe depuis les premiers marchés 7000 ans av. J.-C. De nombreuses années de résistance à des changements lui promettent une espérance de vie proportionnellement élevée.

 

Le concept même du retail a connu de nombreux bouleversements. Que ce soit la chute de l’Empire romain et de ses marchés prospères en 476, la fin de la route de la soie au XVe siècle ou la dissolution de la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales en 1799… Ces événements ont un jour sonné le glas du retail de l’époque, sans l’enterrer définitivement. De la même manière, une entreprise de 300 ans a une espérance de vie supérieure à toute nouvelle entreprise et toute stratégie éprouvée par le temps a plus de chances de se révéler payante.

 

L’auteur pousse ce concept plus loin en affirmant ne manger aucun fruit sans «  noms grecs ou hébreux » ou ne boire aucune boisson qui n’aurait pas encore 1000 ans. Il fait confiance au temps pour sélectionner ce qui est bon et là pour durer. 

 

Si vous suivez ces quatre règles, vous devriez être en mesure de voir venir les changements  à venir dans l’industrie du retail et d’en tirer parti. En recherchant en permanence les nouveautés tout en vous concentrant sur les activités qui ont fait leurs preuves, vous devriez être capables de sécuriser ce que vous avez bâti tout en ayant une exposition aux innovations qui pourraient changer la donne de votre industrie.