Les 10 avantages des études consommateurs de POTLOC

2049 1366 POTLOC INSIGHTS

Soyons francs : tout le monde déteste les sondages. Les consommateurs n’ont ni le temps ni l’intérêt pour vous donner leur avis. Alors par quel incroyable miracle plusieurs milliers de consommateurs répondent-ils chaque jour à nos études sans jamais recevoir la moindre récompense ?

 

Voici les 10 raisons pour lesquelles vous devriez utiliser la méthodologie POTLOC pour réaliser vos études consommateurs.

 

1 — Nous interrogeons les consommateurs quand ils sont les plus disponibles.

Les sondages téléphoniques et intercepts attrapent les consommateurs en plein milieu de leurs activités quotidiennes. Au contraire, nous ne participons pas à cette prise d’otage et diffusons nos sondages quand les répondants sont les plus disponibles.

 

En moyenne, un utilisateur actif Facebook passe 41 minutes par jour sur l’application. Plus de 10 fois par jour, il sort son téléphone et parcourt son fil d’actualité en attendant le bus, que sa file d’attente se résorbe chez Starbucks, ou à tout autre instant creux de sa journée. Nous rendons disponibles nos sondages sur son fil d’actualité : c’est l’endroit où l’utilisateur sera le moins dérangé de sa journée.

 

2 — Les répondants partagent leur avis de bon cœur.

Contrairement aux autres méthodes de sondage, nos répondants sont intéressés par nos sujets d’étude. Ceux-ci ne sont ni rémunérés ni même récompensés pour donner leur avis. Leur motivation est intrinsèque car ils sont interrogés sur le commerce de détail et l’immobilier local :  un sujet qui les touche dans leur quotidien.

 

En 2017, selon le baromètre des centres-villes et des commerces, 78 % des citoyens déclarent vouloir être davantage consultés et associés à la construction de leur quartier.  Ils sont 89 % à nourrir un sentiment d’appartenance pour leur quartier et 97 % à penser que celui-ci dépend de l’offre commerciale locale.

Read more :  Les mystères de la zone de chalandise enfin dévoilés

 

3 — Nos sondages sont hyper-localisés.

Les études consommateurs n’ont d’intérêt que lorsqu’elles sont mises dans un cadre géographique. Notre algorithme nous permet de cibler des consommateurs d’une zone de chalandise précise, allant du niveau national au kilomètre près selon l’affluence du détaillant.

 

 

Nous recueillons ensuite l’origine géographique exacte des répondants pour la croiser avec leurs caractéristiques d’achat. Cela nous permet d’en tirer des insights encore plus pertinents sur l’accès à l’espace commercial étudié.

 

4 — Nous interrogeons les non-clients.

Notre méthodologie permet de cibler tous les profils de consommateurs d’une zone de chalandise, qu’il s’agisse de non-clients, de clients abandonnistes ou de clients réguliers.

 

Parmi ces différents profils, interroger ses non-clients est une stratégie d’acquisition de clientèle de plus en plus prisée dans l’industrie du détail. Cette clientèle cible qui ne vient pas en magasin a énormément à révéler sur les causes de sa non-fréquentation.

 

5 — Nos sondages sont démocratiques.

Nos sondages sont très largement diffusés et donnent la possibilité à une part importante de la population locale de s’exprimer. À titre d’exemple, ciblée sur une zone de 72 014 résidents de Victoriaville et de ses environs, notre étude a reçu 40 279 vues uniques. 55,9 % de la population a ainsi eu la chance de donner son avis.

 

Dans une autre étude pour une marque de vêtement, c’est le volume de répondants qui sort de l’ordinaire. La campagne a récolté 1 443 838 vues uniques qui ont généré 50 430 clics (taux de clic de 3,5 %), lesquels ont permis d’obtenir 9 200 questionnaires complétés. L’un des avantages d’obtenir des échantillons aussi importants, c’est qu’ils nous permettent de faire des croisements entre les variables sans en altérer la qualité statistique.

Read more :  Net Promoter Score: avantages et inconvénients

 

Recrutement d'enseignes

 

6 — Nous atteignons des populations difficiles à interroger.

Les méthodes de sondage traditionnelles touchent davantage les retraités et les sans-emplois qui « ont le temps » pour répondre, mais moins les jeunes générations.
À l’inverse, le taux de pénétration des réseaux sociaux nous permet d’interroger l’intégralité de la population, quels que soient le profil sociodémographique et le lieu ciblé.

 

À titre d’exemple, au Canada, voici la proportion d’usagers inscrits sur Facebook en 2017 :

  • 95 % des internautes canadiens de 18 à 24 ans
  • 94 % des internautes canadiens de 25 à 34 ans
  • 92 % des internautes canadiens de 35 à 44 ans
  • 83 % des internautes canadiens de 45 à 55 ans
  • 75 % des internautes canadiens de plus de 55 ans

 

Nous ciblons aussi bien des retraités (dans l’une de nos études pour un parc immobilier de résidences pour personnes âgées, nous avons exclusivement interrogé des seniors de 65 ans et plus) que les milléniaux et actifs de tous âges.

 

7 — Nous fournissons de meilleures données qualitatives.

Une étude (Chang and Krosnick, 2009) montre la supériorité des commentaires en ligne sur ceux obtenus par téléphone. L’étude avance plusieurs explications, dont le poids de l’interviewer qui presserait involontairement le répondant à en finir.

 

En ligne, les répondants sont généralement seuls, répondent avec la question sous leurs yeux et choisissent leur horaire préféré. Ils ont tout le loisir de s’étendre dans leurs réponses.

 

Nous récoltons donc des commentaires de meilleure qualité, et les trions ensuite avec notre algorithme pour en extraire les informations les plus pertinentes.

Read more :  Sondage par interception: avantages et inconvénients

 

8 — Nous supprimons le biais de désirabilité sociale.

Qu’est ce qu’il va penser de moi si je demande davantage de Fast-Foods ?
Pensait un consommateur, surpris par un sondage à la sortie de son centre commercial.

 

C’est le fameux biais connu sous le nom d’« Erreur-Pudeur-Menteur ». Quand les études impliquent un autre être humain, les répondants ont tendance à nuancer davantage leur réponse pour plaire et se donner bonne image.
Dans nos sondages, chaque réponse est anonymisée et impossible à tracer pour que chaque réponse reflète la réalité du comportement décrit.

 

9 — Nous vous offrons un panel de consommateurs engagés sur un plateau.

À la fin de nos questionnaires, nous laissons la possibilité aux répondants d’être tenus informés des futures évolutions en rapport avec leur contribution. Nous constituons ainsi un panel de répondants particulièrement engagés, à activer selon les évolutions du projet.
Vous seriez alors en mesure de leur poser d’autres questions après 6 mois afin de mesurer les évolutions de leur satisfaction.

 

10 — Notre tarif par répondant est ultra-compétitif.

En plus des qualités des réponses que nous fournissons, notre méthodologie est aujourd’hui la seule permettant d’interroger un échantillon très large de consommateurs à moindres coûts.

 

Par Jérémie Caussin