Ship from Store: la nouvelle arme des retailers pour concurrencer Amazon

Ship from Store: la nouvelle arme des retailers pour concurrencer Amazon

1280 848 POTLOC BLOG

Alors que le e-commerce poursuit son irrésistible ascension, le magasin s’impose comme un acteur majeur de la transformation du retail. Avec le ship from store, il devient le pilier d’un nouveau modèle logistique, omnicanal et unifié.

 

Le magasin serait-il le meilleur allié du e-commerce ? C’est, en tout cas, la promesse que fait le Ship from Store aux retailers. Ce système qui consiste à transformer les points de vente en mini-entrepôts a le vent en poupe.

 

Il s’inscrit, plus largement, dans une logique de commerce unifié visant à harmoniser tous les canaux de vente- web, physique, digital- pour une expérience client sans couture et en temps réel.

 

Le Ship from Store repose sur une démarche logistique innovante : en cas de rupture de produit sur le site marchand d’une enseigne, il permet de puiser dans le stock de l’ensemble des magasin du réseau. Objectif : limiter les ruptures de stock, optimiser les rotations et éviter le sur-stockage qui conduit à brader les pièces invendues lors des soldes ou sur les sites de déstockage. « L’unification des stocks permet de mieux écouler les stocks tout au long de l’année car toute commande peut être prélevée en temps réel, sur n’importe quel canal : entrepôt central, magasins ou site web », explique Jérémie Herscovic, CEO de SoCloz.

 

Depuis 2016, l’opérateur accompagne le retailer IKKS dans sa transformation digitale. La marque qui teste, depuis 18 mois, la solution d’unification des stocks Unified Stock, affirme avoir ainsi dynamiser le chiffre d’affaires de son site marchand de + 10% et réduit ses taux de rupture de -15%. L’équation gagnante ? « Le stock unifié est une véritable arme anti-rupture, très prisée par les retailers du textile », confirme Franck Journo, expert en e-logistique.

 

De fait, les ruptures de stock représentent environ 10% du chiffre d’affaires des ces enseignes. Un manque à gagner que les outils IT leur permettent de rattraper.

 

Optimiser les livraisons

L’autre atout du Ship from Store réside dans l’optimisation de la livraison. À une époque où Amazon domine en matière de délais de livraison, les retailers voient leur budget logistique gonfler. Impossible, cependant, de ne pas répondre aux exigences des consommateurs.

 

Passer par le magasin le plus proche de l’adresse du client plutôt que par l’entrepôt central est un moyen de raccourcir les délais de livraison et de baisser les coûts du transport. « En utilisant les actifs existants, à savoir les magasins, comme points de départ à la livraison, on livre mieux, plus vite et à la demande des clients », affirme Michael Levy, CEO de Deliver.ee.

 

Mothership, la suite logicielle développée par l’éditeur et notamment utilisée par Etam, Lacoste, Muji, Monoprix ou Undiz, détecte la localisation des produits en stock et les tracent jusqu’à leur arrivée chez le client final.

 

Grâce à une technologie d’aiguillage, elle oriente la commande selon les caractéristiques du magasin (accessibilité, taille, emplacement) vers le bon transporteur, local ou national. « Ce modèle, complémentaire à l’entrepôt, va se généraliser sur un marché du retail où il devient la norme de se faire livrer dans la journée », assure le CEO.

 

Tous les magasins ne sont toutefois pas éligibles au Ship from Store. Le système n’est rentable que si le point de vente enregistre des volumes suffisants pour massifier ses livraisons. Par ailleurs, la surface de vente doit disposer d’un espace de préparation de commandes adapté à sa nouvelle fonction logistique. Un réaménagement qu’il est souvent justifié d’opérer sur une partie du réseau de magasin, mais certainement pas sur sa totalité. Aux retailers, donc, de bien évaluer la pertinence d’un investissement dans le déploiement de solutions Ship from Store en fonction du potentiel réel de performance de leurs magasins.

 

La logistique omnicanal en chiffres

  •      35% des consommateurs renoncent à leur achat en cas de rupture de stocks
  •      62% des retailers affirment ne pas avoir accès aux informations en temps réel sur la disponibilité des produits
  •      72% ne sont pas en mesure d’avertir les clients d’un problème concernant la commande ou la livraison pendant une période d’activité intense

Source : étude Sapio Research pour Zetes, publiée en janvier 2018

 

Cécile Buffard

Laisser un commentaire