réseaux sociaux

5 raisons d’utiliser les réseaux sociaux pour vos études consommateurs

770 515 POTLOC INSIGHTS

Aujourd’hui, l’information est le nerf de la guerre et chaque prise de décision se doit avant tout d’être data-driven. À cet effet, les études consommateurs se sont révélées être un élément crucial pour la stratégie d’une entreprise.

 

La montée des réseaux sociaux a vu apparaître une nouvelle forme d’étude consommateur. Aujourd’hui, il est possible de sonder la population directement en ligne, en recrutant les répondants via les réseaux sociaux comme Facebook, LinkedIn, Instagram ou Twitter. Ces derniers sont devenus l’une des sources les plus efficaces et les moins coûteuses pour recruter des répondants cibles et récolter des données sur leur consommation.

 

Pourtant, nombreux sont les chercheurs ou les responsables marketing qui continuent à sonder les consommateurs au travers de pratiques plus traditionnelles qui ont fait leur temps. Si vous êtes l’un d’entre eux, voici 5 raisons qui vous feront changer d’avis et adopter les réseaux sociaux comme canaux pour vos études consommateurs.

 

1 – Downtimes : tout est une question de timing

downtimeLe manque de temps est la première justification d’un refus à répondre à un sondage. Qui ne s’est jamais fait intercepter dans la rue alors qu’il était pressé ? Ou reçu un appel pour un sondage téléphonique en plein dîner ? Sans parler des emails qui sont supprimés avant même d’être lus.

 

Des chercheurs de l’UCLA (University of California in Los Angeles) ont découvert que notre cerveau est prédisposé à nous préparer aux interactions sociales pendant les périodes de repos, appelées aussi downtimes. Que ce soit dans le bus ou dans une salle d’attente, les gens sont plus prédisposés à aller sur leurs réseaux sociaux.

 

Les sondages via les médias sociaux profitent donc de ces temps de repos pour interroger la population au bon moment, c’est-à-dire quand ils sont le plus disponible ; ce qui enlève l’aspect intrusif qu’ont les méthodes traditionnelles (sondage téléphonique, sondage par interception ou email).

Read more :  La fin des études de marché traditionnelles ?

 

New call-to-action

 

2 – Nombre d’abonnées : Facebook surclasse le téléphone fixe

La plupart des foyers ont abandonné les lignes téléphoniques traditionnelles pour des téléphones portables. Selon une étude de 2016 réalisée par le Département de santé des États-Unis, 54,9 % des foyers Américains n’avaient pas de ligne téléphonique fixe mais avaient au moins un téléphone portable. La chute de l’utilisation du fixe est donc un coup dur pour les sondages téléphoniques. À titre d’exemple, le Gallup Poll Social Series (un ensemble d’enquêtes sur l’opinion publique conçues pour suivre le point de vue des adultes Américains sur de nombreux sujets sociaux, économiques et politiques) a révélé que les sondages téléphoniques généraient en 2017 aux États-Unis un taux de réponse de 7 %, comparé à 28 % en 1997.

 

GPSS

 

En plus du faible taux de réponse, les sondages téléphoniques rencontrent un autre inconvénient : la sur-représentation de certains profils de répondants. En effet, les personnes âgées, les femmes au foyer, ainsi que les chômeurs ont tendance à être sur-représentés dans les sondages téléphoniques. Les firmes traditionnelles compensent donc la chute libre du taux de réponse dans les sondages téléphoniques en se réfugiant sur les panels webs (avec concours, tirages, récompenses…). Cette motivation matérielle a pour résultante d’attirer des participants dits “concouristes” et donc de fausser la véracité des résultats.

 

En France, on constate également une stagnation du nombre de lignes supportant le service téléphonique fixe : 36,9 millions en 2017. Ce chiffre s’étant aujourd’hui fait rattraper par le nombre d’utilisateurs Facebook en France (38 millions).

 

Les réseaux sociaux connaissent donc une évolution totalement opposée à celle des lignes téléphoniques. Avec 169,5 millions d’utilisateurs Facebook aux États-Unis (soit plus de la moitié de la population) et 381 millions en Europe en 2018 ; les réseaux sociaux sont maintenant LE nouveau moyen de communication ! Même les seniors ont adopté ce nouveau canal : en 2018, 84 % des 55 ans et plus consultent Facebook. Ces chiffres montrent donc la prolifération massive des réseaux sociaux dans la vie quotidienne, ainsi que la perte en efficacité des sondages téléphoniques.

Read more :  Cinq profils de clientèles dont l’opinion importe pour les détaillants

 

3 – Un ciblage plus précis

Un autre avantage des réseaux sociaux est le fait de pouvoir cibler une population précise. Cela prend évidemment en compte l’âge et le sexe mais aussi les centres d’intérêts, la langue, la zone géographique (allant jusqu’au kilomètre près), etc. En interrogeant virtuellement les consommateurs, il est ainsi possible d’établir des zones de chalandise englobant l’ensemble des origines géographiques des répondants. La précision du ciblage permet donc d’interroger la population sur des sujets qui les concernent et, intrinsèquement, qui les intéressent.

 

trade area

Zone de chalandise – 89 Gould Street, Toronto

De nombreuses études démontrent toute l’importance des retailers et de l’offre commerciale dans la perception que peuvent avoir les habitants de leur quartier. En effet, selon une étude de 2017 du Baromètre du centre-ville, 97 % de la population estimait que la vitalité de ce dernier dépendait de l’offre commerciale. 89 % d’entre eux se sentaient concernés par leur centre-ville, et 78 % voulaient être davantage associés au développement de leur quartier.

 

Grâce aux sondages géolocalisés, les répondants ne sont plus seulement spectateurs mais bien acteurs de la pérennité commerciale de leur lieu de vie. De plus, cette démocratie commerciale s’avère avoir un impact positif sur l’individu. Ainsi, une étude de 2012 réalisée par Harvard a mis en lumière que le partage d’informations active une partie de notre cerveau liée au plaisir et à la prise de décision. Au vu de cette étude, les habitants se sentent plus concernés par le développement de leur quartier, de ce fait ils sont plus enclins à partager leur opinion.

 

 

dashboard

Statistiques de l’étude réalisée par POTLOC pour Decathlon Mantes-Buchelay

 

4 – Sonder des non-clients : impossible à faire à l’interne

receiptPouvoir sonder des profils variés est un atout majeur dans la stratégie d’acquisition client d’une entreprise. Ces cibles stratégiques comportent :

  • les clients secondaires (ceux qui n’ont pas choisi votre enseigne comme lieu principal de consommation) ;
  • les clients en perte de vitesse (ceux qui viennent de moins en moins ; qui sont en train de vous tourner le dos) ;
  • les clients abandonnistes (ceux que vous avez perdu au profit de la concurrence) ;
  • ou tout simplement vos non clients.
Read more :  Ship from Store: la nouvelle arme des retailers pour concurrencer Amazon

 

Cependant, cette tâche peut se révéler ardue sans les bons outils. Grâce aux réseaux sociaux, il est possible de cibler une zone géographique précise qui englobe donc tous les profils : vos clients mais aussi ces cibles stratégiques.

 

À l’inverse, les méthodes utilisées par les grands groupes (sondages par email aux détenteurs de carte de fidélité, sondage promu sur le ticket de caisse, etc.) rendent impossible de sonder ces cibles stratégiques. Ces derniers ne pouvant atteindre uniquement que vos clients, et souvent les plus loyaux d’entre eux.

 

5 – Parce que les plus grands le font déjà

partners

Partenaires de POTLOC

 

Des grands joueurs du retail et de l’immobilier comme Decathlon, Carrefour, L’Oréal ou Cadillac Fairview ont déjà adopté les études de consommateurs via les réseaux sociaux. Pourtant, s’ils ont décidé de travailler avec POTLOC c’est avant tout parce qu’ils voyaient le potentiel des études de clientèle via les réseaux sociaux. POTLOC a donc réussi au fil des années à établir une relation de confiance avec ses partenaires. En croyant en notre méthode, ils ont pu renforcer leur stratégie de fidélisation et d’acquisition de nouveaux clients.

 

La montée en puissance des réseaux sociaux annonce donc la fin des méthodes de sondage traditionnelles. Cette révolution, laisse place à une ère où les entreprises n’ont jamais été aussi proches de leur clientèle. Planifiez dès aujourd’hui un appel avec l’un de nos experts afin d’optimiser vos études consommateurs.

 

New call-to-action

 

Marion Choufa