Top 5 des bars cachés de Paris

Top 5 des bars cachés de Paris

1300 731 POTLOC BLOG

Qui n’a jamais rêvé de jouer les gangsters de la Prohibition dans les bars clandestins ? Bien qu’ils soient aujourd’hui parfaitement en règle, les débits de boissons “cachés” conservent une pointe de mystère qui fascine les locaux comme les touristes.

Les bars cachés, aussi appelés speakeasy (“parler doucement” en VO, l’injonction faite aux clients par les patrons de bar au moment de commander de l’alcool) sont à la mode à Paris.

Voici notre top 5 des « blind tigers » parisiens !


Le Lavomatic

Capture d’écran 2017-08-08 à 10.37.16.png

Le plus connu des bars cachés de la capitale. On y accède par… une laverie automatique (comme c’est original). Le principe ? Venir boire un verre et savourer un moment atypique dans une ambiance pop et colorée. Les plus chanceux auront même l’occasion de profiter des balançoires d’intérieur pour se détendre autour d’un cocktail, d’un verre de vin ou de soft (on peut jouer les gangsters et aimer le jus d’abricot, après tout).
Le Lavomatic, 30 rue René Boulanger, Paris 10e.

Le Ballroom du Beef Club

ballroom.jpg

Décoration cosy, lumière tamisée, fauteuils rembourrés dans lesquels on ne demande qu’à se pelotonner en dégustant les célèbres cocktails fruités de la maison : le Ballroom sait recevoir. L’entrée donne directement sur un escalier en colimaçon, dans lequel il faut se hisser pour atteindre le dernier établissement du trio de l’Experimental Cocktail Club.
Le Ballroom du BeefClub, 58 rue Jean-Jacques Rousseau, Paris 1er.

Le Moonshiner

moonshiner.jpg

Pour entrer au Moonshiner, tenue correcte exigée : l’accès à cet établissement secret se fait via la chambre froide d’une pizzeria du 11e arrondissement. À peine passé cette porte, on se retrouve projeté en plein Chicago de la Prohibition : déco aux allures vintage, ambiance feutrée, cocktails originaux et fumoir. Le bar doit son nom à la “moonshine”, le nom donné à l’alcool de contrebande fabriqué au clair de lune par des aventuriers de la biture.
Le Moonshiner, 5 Rue Sedaine, Paris 11e.

Le Très Particulier

Ambiance et thème feutré sont au rendez-vous dans cet antre des hauteurs de Montmartre, auquel on accède en sonnant auprès d’une lourde grille, avant de s’aventurer sur un chemin pavé (et visiblement, pas que de bonnes intentions). Avec ses allures de jardin de serre, le Très Particulier revêt un aspect paisible et isolé, le cadre idéal pour un premier date ou une soirée entre ami(e)s ! Pour combler toutes les envies, l’endroit possède son propre bar à cocktail et invite régulièrement des DJs à venir se produire en veillant à varier les programmations.
Le Très particulier, 23 Avenue Junot, Paris 18e.

Le Syndicat

Exit les Mojitos, Cosmopolitain et autres boissons composées : le Syndicat s’engage pour la réhabilitation des spiritueux français. On y vient pour goûter des cognacs, armagnacs et des eaux de vin made in France. Le bar n’a de caché que le nom : la devanture quelques peu rock exposée en pleine rue du Faubourg Saint-Denis ne dissimule rien de l’activité des lieux. Ses créateurs, Sullivan Doh et Romain Le Mouëllic y voyaient là un bastion de la résistance : “L’Organisation de défense des spiritueux français”, une ode aux alcools de France, trop souvent méconnus ou délaissés.
Le Syndicat : 51 rue du Faubourg Saint-Denis, Paris 10e.

Choisissez vos commerces avec POTLOC